Galapiat Cirque

La Brise de la Pastille

Un spectacle Galapiat Cirque / Moïse Bernier
Clown, Musique et Existentialisme - 30 à 45 min - Tout Public et Tout Terrain

Un clown acrobate au mât chinois et aux questions existentielles. Un musicien à l’univers sonore bien trempé. Des paroles en l’air qui questionneraient la vie sur Terre...

Cerclé de vide, c’est en flirtant avec lui, qu’il sent d’une main, ce poids tout entier sous elle. Il prend de la hauteur et recherche désespérément. Effrayé par le brouhaha du monde, il essaie, là-haut, de mettre un pied devant l’autre. Pas à pas, mot à mot, submergé par l’émotion, on dirait que tout se mélange dans cette tête de clown.
Maintenant n’est plus qu’un instant. Il faudra lâcher, recommencer, jusqu’à soif de vivre ! Si c’est perdre la face que de perdre la main, alors quand la main est à bout de force, heureusement, il y a l’autre.
Tenter de bien respirer, pour tenter de se laisser désarçonner....

Issu du collectif multi-talents Galapiat Cirque (Risque ZérO, Parasites...), Moïse Bernier promène depuis des années son clown tendre et rock’n’roll, spécialiste du mât chinois. Accompagné par un musicien aux pieds sur terre, le clown s’envoie en l’air. Mais attention, comme l’archet sur les cordes, parfois ça crisse, ça grince et ça explose. Dans leurs poches aux artifices de pacotille, ils nous en mettent plein les yeux (et les oreilles, et le coeur).

Clown - Musique - Mât Chinois

La Brise de la Pastille, le teaser ! © Alexandre Lopez

Moïse Bernier, porteur de projet

Moïse est acrobate aux mâts chinois, clown, musicien (violon, batterie)

Après 10 ans d’écoles de Cirque dont le CNAC (Centre National des Arts du Cirque) à Châlons-en-Champagne, il sort en 2007 avec le spectacle Tout est perdu sauf le bonheur, mis en scène par la Cie Cartoun Sardines. Il participe ensuite à la co-fondation de la Cie Galapiat, ainsi qu’à sa création collective, Risque ZérO, créée en septembre 2008, qui tourne sous chapiteau, en France et à l’étranger jusqu’à la fin 2014 (joué plus de 250 fois). Parallèlement, il participe en tant qu’organisateur à 8 éditions du festival Tant qu’il y aura des mouettes à Langueux (22), terre d’accueil de l’association Galapiat Cirque, devenue maintenant une SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif). Il participe activement aux différents projets et à la vie de cette structure. Il y développe aussi une approche pédagogique et participative des arts du cirque autour de la prise de risque au sein de diverses expériences avec Galapiat Cirque, en Bretagne, en France et à l’étranger. En 2012, il rejoint la Cie Mauvais Coton, pour créer le spectacle Le Vol du Rempart, spectacle autour de l’agrès du mât culbuto, qui joue durant 5 ans. Actuellement, il participe au spectacle Corpus Mentalus de la Cie Les Nouveaux Nez et Cie, aux côtés de Nicolas Bernard, Raquel Esteve Motoreta, Roseline Guinet et André Riot-Sarcey. A l’automne 2015 il créé au Prato le spectacle Parasites et produit par Galapiat Cirque, aux côtés de Nicolas Lopez et Thomas Garnier. Sébastien Bournac participe au niveau de la collaboration dramaturgique et la mise en jeu, mais aussi avec les précieux regards de Christian Lucas et Gilles Defacque.

Le Mode de Diffusion:
La particularité de ce projet est de jouer autant que possible dans des lieux insolites : église, château, forêt, cimetière, île, décharge, usine désaffectée, carrière, ferme, école.... La liste n’est pas exhaustive, et chaque lieu est porteur d’histoires...
Au cours de ses précédents projets, Moïse goûte au chapiteau, à sa circularité, à ses codes, à cette proximité avec le public, à cette odeur, à cette poussière, à cette chaleur festive. Il goûte aussi au théâtre, notamment avec Parasites, à ce rapport frontal au public, au confort, aux codes plus conventionnels.
En parallèle, il goûte à d’autres lieux : jouer dans une forêt abandonnée, jouer en alpage dans un brouillard épais ou au milieu des brebis, jouer dans des lieux sacrés...
Notre histoire veut se nourrir de clochers, d’arbres, de rivières. De places et de rues. D’habitants et de ce qu’ils racontent. Faire en sorte que le regard et l’esprit du spectateur puissent vagabonder au-delà de la scène et des artistes. Prendre le temps de regarder loin, ou bien en détail ce lieu.
Prendre le temps d’arriver dans ces endroits, de voir les possibilités de jeu, pour explorer les potentialités de l’espace au niveau scénique. S’inspirer du paysage, du contexte pour le partager à notre manière. Et la légèreté technique de ce projet le permet...

Un projet autour du spectacle : une création in situ avec les habitants
La Brise de la Pastille est un spectacle de clown sur mât chinois, accompagné par un musicien. Mais pas seulement.
Nous voulons retrouver un cirque plus investi, plus aventureux et plus social. Proposer un art non-déconnecté des réalités des gens, de la vie, un art en lien, en prise avec le réel. Notre ambition est de faire vivre une vraie aventure de création : accepter de se laisser bouger, de bousculer le texte, le spectacle, le clown. On sait qu’une création pourrait sans cesse être recréée. Et bien, - à certains endroits - La Brise de la Pastille décide de ne plus se figer. Il y aura toujours un mât, un clown, un musicien, nous aurons choisi en amont ensemble le lieu du spectacle, en fonction du projet et de ce que l’on voudra véhiculer. In situ, le cadre sera posé.
Mais à l’intérieur de ces lignes, c’est le chantier et c’est beau. Comme un processus, on invite les habitants à rejoindre un laboratoire de création. Il s’agit d’un laboratoire parce que la Brise de la Pastille devient unique en chaque lieu de part la géographie de l’espace, de part l’unicité de chaque être humain participant. C’est en co-créant avec les gens, en faisant avec la matière qui nous entoure, avec ce qui est présent, là, ici et maintenant, que nous nous offrons le luxe et la douce folie de toujours réinventer notre spectacle. On ne s’endort pas. On souhaite se confronter à différentes réalités de terrains et de vies, pour s’approcher d’un art politique. Nous voulons que notre spectacle soit en prise avec la réalité du monde, des mondes individuels et collectifs. Un art non déconnecté. Simple, authentique mais pas moins fort, bien au contraire.
L’urgence de ce laboratoire de création nous oblige à aller à l’essentiel : vivre une aventure collective en respect des envies et des possibilités de chaque participant, en extraire le zeste créatif.
On invite les habitants, les voisins, les employés à créer avec nous le temps d’une résidence plus ou moins longue. On s’adapte à leurs corps, leurs mots. On les écoute et puis on les embarque aussi. Ils deviennent co-créateurs. Nous les briefons, le temps est souvent court, il y a des choses à apprendre, mais c’est ce qu’ils sont, font, pensent, habitent qui fait le reste.
Créer comme une aventure humaine. Désacraliser la création, et la nourrir. Offrir et partager ce temps. Et puis, faire du spectacle une expérience unique pour le public. Dehors, chez les gens, devant leur garage, ou dans leur jardin, aux portes de leur église, ou bien dans l’enceinte de leur école, de leur mairie... La Brise de la Pastille deviendra pour un moment leur Prise de la Bastille.

Un projet initié par Moïse Bernier
Texte : Moïse Bernier Musique : Nicolas Lopez, ou Madeg Menguy, ou Stéphane Dassieu (selon les disponibilités ou le projet)
Chargée de production/diffusion : Marine Freslon
Administration : Yvain Lemattre

Production : Galapiat Cirque
Accueil en résidence : Association La Loggia - Arrête ton Cirque - Paimpont (35) ; Galapiat Cirque - Tant qu’il y aura des Mouettes - Langueux (22); Le P’tit Cirk - Pont-Menou (22) ; Le Grand Pré - Langueux (22).

Galapiat Cirque est soutenu par le Conseil Régional de Bretagne, le Conseil Départemental des Côtes d’Armor, Saint-Brieuc Agglomération, la Mairie de Langueux - Le Grand Pré, l’Institut Français, la DGCA - Aide à l’itinérance.

CONTACT : Marine Freslon - marine@galapiat-cirque.fr - +33 6 74 08 47 28